Ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES)

Marc Leobet , Chargé de mission

Dans le cadre du Plan d’Action Publique 2022, différents chantiers ont été initiés par l’Etat afin de moderniser l’ensemble des administrations françaises, réduire leurs coûts de fonctionnement, améliorer le service rendu aux citoyens et faciliter l’accès à l’information. De la santé à la sécurité, en passant par l’environnement et l’urbanisme, tous les domaines des services publics tendent aujourd’hui vers le “100% dématérialisé”. 

C’est donc dans ce contexte que les ministères de la Transition écologique et solidaire (MTES) et de la Cohésion des territoires (MCT) ont fait appel à Numen pour mettre en place un projet ambitieux : SmartPLU. L’objectif ? Modéliser automatiquement, ville par ville, leurs règles d’urbanisme. Numen a contribué à ce projet en mettant à disposition ses technologies de machine learning pour extraire les règles et valeurs piégées dans des plans locaux d’urbanisme (PLU).

En 2007, l’Union européenne a mis en place la directive INSPIRE, une directive qui vise à faciliter la diffusion et l’utilisation des données géographiques en Europe. Pour poursuivre cette orientation dans le cadre de sa politique d’Etat plateforme, l’Etat français a décidé d’instaurer un Géoportail de l’urbanisme (GPU) afin de permettre la libre consultation et le téléchargement des documents d’urbanisme (plans locaux d’urbanisme, plans d’occupation des sols, cartes communales, etc.). Ceux-ci sont désormais disponibles au format PDF et représentent une quantité importante de pages et d’annexes. En d’autres termes, le Géoportail de l’urbanisme constitue une base de données brutes considérable. Mais que faire de ces données et comment bien les utiliser ?

Un hackathon a été organisé en 2017 par le CGDD (Commissariat Général au Développement Durable), sa DRI (Direction de la Recherche et de l’Innovation) et la DHUP (Direction de l’Habitat, de l’Urbanisme et du Paysage) afin de répondre à cette problématique. Plusieurs questions ont alors été soulevées : comment rendre les nombreux textes et règles d’urbanisme plus compréhensibles pour les citoyens et les rendre exploitables par des experts/professionnels ? Comment faciliter l’accessibilité et la recherche d’informations au sein de ces documents ?

A l’issue du hackathon, le projet “SmartPLU” voit le jour. Ce dernier a pour objectif de modéliser en trois dimensions les règles d’urbanisation cadastrale grâce à l’extraction des données issues des fichiers PDF disponibles sur le Géoportail.

Afin de mener à bien ce projet, le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire a sollicité Numen parmi d’autres partenaires pour bénéficier de son expertise en matière d’OCR, d’extraction de données dans des documents structurés et non structurés, et plus particulièrement de machine learning.

Grâce à sa plateforme d’extraction de données intelligente, Numen a su structurer, classifier et typer les différentes informations présentes dans les 2 000 PLU collectés sur le Géoportail. L’ensemble des documents et informations sont stockés et consultables dans la GED de la plateforme Doxtreem, et le résultat du traitement est à la disposition du ministère pour mise en forme graphique et diffusion en Open Data.

Les nouvelles technologies utilisées dans le cadre du projet SmartPLU ont permis d’industrialiser le traitement, l’exploitation et la structuration d’un volume inédit de données. Aussi bien pour les citoyens que pour les experts et professionnels, les avantages sont nombreux : gain de temps, recherche avancée, accessibilité des données… Un projet précurseur pour les ministères de la Transition écologique et solidaire (MTES) et de la Cohésion des territoires (MCT) qui envisagent d’étendre ce type de processus à d’autres domaines que l’urbanisme.

 

Pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter le journal du projet (https://github.com/SmartPLU/PoCSmartPLU/wiki).


Merci à Marc Leobet, Chargé de mission – CGDD/DRI/SDI/MIG, pour son témoignage. 

@MarcLeobet

https://www.linkedin.com/pulse/vers-une-ia-%C3%A9thique-%C3%A7a-veut-dire-quoi-marc-leobet/